www.athle.fr
Accueil
SITE OFFICIEL
de l'ill-bruche athlétisme lingolsheim (s2a/ibal)
Actualités
JO : Paris 2024 va devoir s’adapter
Commentez cette actualité
28 Mars 2020 - ibal
JO : Paris 2024 va devoir s’adapter
Source DNA du 28/03/2020
Paris-2024 va devoir s’adapter

Tony Estanguet : «Cette crise va laisser des traces. Notre projet va devoir évoluer»


Même si sa priorité demeure la solidarité pour lutter contre cette pandémie, le patron de Paris 2024 admet que cette crise sanitaire, sans précédent, ne sera pas sans conséquences sur l’organisation des Jeux olympiques en France.


Quel est votre sentiment après le report des JO de Tokyo ?

Je crois vraiment que c’était la bonne décision vu les circonstances du moment. Il faut rappeler aujourd’hui que la priorité absolue, ce ne sont pas les Jeux, c’est vraiment l’urgence de cette crise sanitaire et comment collectivement, on prend nos responsabilités pour lutter contre cette pandémie. Toutes les énergies doivent se concentrer sur le traitement de cette crise, tout le reste est secondaire. On est plutôt soulagé par rapport à cette décision. Le CIO a fait les choses avec beaucoup de rigueur et de sérieux, en consultant toutes les parties prenantes, et au bout d’un moment, ils ont pris leurs respon-sabilités.

Les Jeux de Paris 2024, dans le contexte actuel, ne sont pas la priorité.

En tant que patron de Paris 2024, vous compatissez avec le comité d’organisation japonais qui va devoir gérer une situation très compliquée.

C’est plus que de la compassion, on est vraiment à fond derrière nos amis japonais. C’est d’une complexité immense de pouvoir imaginer un tel report. Un événement qui réunit 206 pays, 33 sports, des centaines d’épreuves, 15 000 athlètes, des millions de spectateurs. Encore une fois, c’était la bonne décision, mais c’est une décision courageuse. À nous de nous réadapter par rapport à tout ce qu’on avait prévu autour de ces Jeux 2020 pour les accompagner vers la réussite. Car on aura bien besoin, au sortir de cette crise, de moments positifs. Les Jeux vont offrir une vitrine incroyable de partage d’émotions. On a tous intérêt à ce que ça soit un beau succès.

Deux périodes semblent se dessiner pour le report des Jeux de Tokyo : le printemps ou l’été 2021. Quelle est, selon vous, la meilleure option ?

Les pauvres, on ne va pas leur ajouter de la pression. Je pense que ça sera compliqué au printemps vu les calendriers des sports collectifs et des événements comme Roland-Garros ou le Tour de France. Ils vont peut-être trouver une fenêtre de tir. Dans tous les cas, ça va être compliqué, mais j’ai l’impression que ça sera un peu plus simple en juillet, août.

Cette pandémie aura-t-elle des répercussions sur Paris 2024, à commencer par la date des Jeux ?

On a eu la confirmation par le CIO qu’il n’y aura pas d’impact sur la date de Paris 2024 ( 26 juillet – 11 août 2024, NDLR ). Sur le reste, il faut recontextualiser. Pour moi, les Jeux de Paris 2024, dans le contexte actuel, ne sont pas la priorité. Notre responsabilité, c’est de relayer ce message à toute la population française, de rester confiné. Il faut qu’on soit solidaire. On est en train de prendre la mesure de la violence de cette crise qui n’est pas terminée et qui va encore faire énormément de victimes.

Concrètement, comment Paris 2024 peut-il se mettre au service de la nation ?

En relayant ces messages auprès des Français sur nos outils de communication, en proposant des animations avec des athlètes pour les Français confinés chez eux, afin qu’ils puissent pratiquer une activité physique. Ce n’est certainement pas en restant concentré sur la livraison de notre événement. Après, c’est sûr, personne n’en sortira inchangé. Le monde entier est en train de mettre un genou à terre. Un tiers de population mondiale est impacté. C’est une sacrée leçon d’humilité. Nous concernant, on a déjà pris la décision d’annuler un certain nombre d’événements qui étaient prévus au printemps et à l’été. Il faudra sans doute repenser des événements forts en sortie de crise. On aura bien besoin du pouvoir du sport pour fédérer la population. Et faire ce lien avec la santé. Avec un peu plus de prévention et une pratique plus régulière de l’activité physique, ce qu’on ne fait pas en France. On aura des actions à mettre en œuvre. Aujourd’hui, ce n’est pas la priorité N°1, mais c’est dans un coin de notre tête.

Si tout le monde est impacté, ça veut dire que Paris 2024 le sera aussi ?

Oui ! Tokyo ayant lieu l’année prochaine, il va falloir qu’on revoit toute notre planification. On avait prévu de rebondir très rapidement dès la fin de l’année 2020, tout cela va évoluer. Alors oui, il y aura des impacts sur Paris 2024, mais je suis confiant sur notre capacité à nous adapter et à garder l’ambition. Quand cette crise sera derrière nous, on aura de nouveau des rêves pleins la tête et il faudra qu’on les réalise.

« Cette crise va laisser des traces. Notre projet va devoir évoluer »

Faudra-t-il repenser le modèle économique des JO de Paris ?


Oui, ça veut dire que probablement, on va devoir s’adapter. Il y avait une ambition très forte sur la recherche de partenaires. On sait aujourd’hui qu’un certain nombre de secteurs d’activité vont être impactés par cette crise. Peut-être qu’il va falloir laisser un peu de temps à ces entreprises pour se reconstruire avant d’envisager des partenariats de ce niveau-là. Mais il y aura aussi des opportunités avec des secteurs qui se portent bien et qui voudront rebondir après cette crise. À nous d’être agiles. Nos plans vont être modifiés, mais pour réussir, il faut être très flexible. Le sportif de haut niveau fait souvent la différence dans sa capacité à s’adapter. Cette crise va laisser des traces. Notre projet va devoir évoluer.

Les grands chantiers, à savoir le village olympique, le complexe aquatique et le Grand Paris express, qui représentent tout de même 3 milliards d’euros d’investissement, sont-ils menacés ?

À cette date, il n’y a pas d’impact significatif pour la simple et bonne raison que les gros chantiers sont prévus d’être lancés en 2021. Mais là aussi, on va s’adapter au contexte. Pour le moment, il n’y a pas de crainte à avoir.

Maintenir un budget prévisionnel de 6,8 milliards d’euros alors que la France va sans doute entrer dans une période de récession économique, n’est-ce pas le plus compliqué à faire comprendre aux Français ?

Encore une fois, il est trop tôt pour tirer les conséquences de cette crise. Je crois, malgré tout, qu’on aura besoin de ce genre d’événement pour fédérer la population, valoriser notre pays, son dynamisme, son savoir-faire. Ça sera une belle opportunité d’organiser un tel événement, notamment pour les entreprises qui seront partenaires. Il y aura très peu d’argent public, on parle de 2,5 % du budget de l’organisation des Jeux. C’est principalement l’argent privé qui finance les Jeux, c’est important de le rappeler. L’argent public concerne les infrastructures qui seront utilisées par la population. Ça n’impactera pas le déficit éventuel de la France.

* * *
les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
01/06 >
27/05 >
21/05 >
18/05 >
15/05 >
12/05 >
11/05 >
09/05 >
08/05 >
03/05 >
01/05 >
30/04 >
28/04 >
27/04 >
27/04 >
26/04 >
25/04 >
24/04 >
23/04 >
22/04 >
Athle.fr
Inscrivez-vous gratuitement sur la plateforme de formation pour tous les licenciés FFA en CLIQUANT ICI. Puis sur la plateforme accédez aux différents contenus en cliquant sur « JE M’ABONNE ». En cas de souci d’abonnement, cliquez sur le lien « CONTACT ». Tous les domaines (Direction, Encadrement sportif, Jury et Organisation d’événements) ont leurs propres contenus.
Partenariat Décathlon


Le partenariat signé avec DECATHLON Geispolsheim permet au club de l'IBAL de bénéficier d'une remise annuelle sur ses achats suite aux passages en caisse de ses adhérents. Pour ce faire, il vous suffit de faire une copie de votre ticket de caisse et de remettre ce double au guichet d'accueil et d'y présenter votre licence.
Communauté S2A
Rejoignez-nous
sur les sites officiels du S2A



Les Espaces

ATHLETES DU MOIS

- Mars-Avril 2020 -

Les vrais héros...

les personnels soignants
des établissements de santé
ou des EHPAD

- Février 2020 - 
Auriane VIOLA
4,15m à la perche JUF
le 15 février 2020 à Fayetteville
dans l'Arkansas (USA)
- record du club JUF égalé -

- Janvier 2020 -

Sayan PRIVAT-HALET
Vice-Champion du Bas-Rhin
- poussins masculins -
aux départementaux de cross

le 12 janvier à Brumath

- Décembre 2019 -

Richard THIN
3,71m à la perche CAM
le 2
0 décembre à Aulnay
- nouveau record personnel -

- Novembre 2019 -

les jeunes de l'IBAL
1ère compétition indoor
Poussins - Benjamins
le 24 novembre à la Rotonde

- Octobre 2019 -

Lodi ISSA
1296ème de l'édition 2019
de la Diagonale des Fous
53h30' pour parcourir 166km
et 9600m de dénivelé positif

- Septembre 2019 -

Nathan BRESCH
84 points au triathlon BEM
le 21 septembre à Bischwiller
- une performance R4 -

- Juillet 2019 -

Tom ROLLING
13,22m au poids 4kg MIM

le 14 juillet à Tours
lors de la Coupe de France des Ligues Minimes

- Juin 2019 -

  Sylvie MAISON
1ère Alsacienne
à remporter l'épreuve mythique
du Paris-Alsace à la marche

- Mai 2019 -

Julien DUBUS
58"30 sur 400mh (84cm)
le 26 mai à Hautepierre
nouveau record du club CAM